EDHISTO, le site, est réalisé avec le soutien financier du Conseil Régional de Lorraine

Rechercher dans le site :

A venir

27-01-2018 : Assemblée générale de la Société Philomatique Vosgienne
Musée de Saint-Dié-des-Vosges
En savoir plus

10-02-2018 : Conférence de Jean-Michel Adenot sur Viombois
Lunéville
En savoir plus

17-02-2018 : Conférence de Jean-Michel Adenot sur la Résistance alsaco-vosgienne
Mémorial Alsace-Moselle de Schirmeck
En savoir plus

Excellente et lectrice année 2018

Nous refermons calendairement 2017 sur un bilan mitigé. Pour Edhisto, l’année toute récemment promue dernière est une année inachevée sur le plan des publications. Comme, pour les plus fidèles ou assidus, qui bien souvent êtes les mêmes (disait un Renaud alors plus audible) vous avez pu remarquer qu’Edhisto n’a publié qu’un ouvrage l’année dernière. 2017 a donc été une année creuse, même si très occupée mais dont les projets engagés ne se sont pas concrétisés à la hauteur de la programmatique, une machinerie qu’on aspire bien huilée et qu’on souhaiterait toujours sans grain de sable. 2018 ? Le carnet de bal est plein mais avec la contrainte supplémentaire de terminer 2017, ce qui prendra plusieurs mois. Donc l’avenir n’a pas de nuage éditorial puisqu’une dizaine d’ouvrages sont dans les cartons de l’à venir. Il faut donc tenir, d’autant que se bruissent chez nos confrères des rumeurs d’abandons de la discipline, pour Edhisto, si elle parvient à passer le creux de la vague, 14-18 restera cœur d’intérêt, car il reste encore nombre de témoins à découvrir et de pans à éclairer. Nous reviendrons sur l’ancien siècle avec Yannick Guillou mais, sur la base du « succès » de l’analyse factuelle d’un épisode majeur de l’histoire loco-régionale de la 2ème Guerre mondiale avec Jean-Michel Adenot, nouveau monographe, (et quel auteur !), Edhisto va revenir méthodologiquement à l’analyse raisonnée de ce conflit. Comme dans les années 1990, avec le compère (et maître) Jean-Claude Fombaron, nous avons à cette époque posé le socle pionnier d’une étude profonde, anthropologique et sociale (car basée sur les témoignages à spectres larges, grands oubliés de l’historiographie d’alors) de la Première Guerre mondiale et ainsi, en deux décennies rattrapé en grande partie l’incommensurable retard historiographique vosgien de la Grande Guerre. Pour la guerre suivante, nous sommes aujourd’hui dans cette décennie des années 90 ; les derniers témoins disparaissent ; l’Histoire a jusqu’alors été écrite avec nombre d’arrière-fonds (politiques, autopromotionnels ou tout simplement imprécis) ou n’a tout simplement pas encore été écrite. Nous ne perdons pas de vue qu’étudier le second conflit mondial ne revêt pas le même caractère de « facilité » que le second ; son Histoire est encore particulièrement « chaude » et met en jeux des rouages bien plus sensibles que ceux dégagés par la guerre précédente. L’absence à ce niveau dans la Grande Guerre des concepts de résistance, de collaboration, d’épuration et plus encore de la solution finale rend finalement son historiographie plus « confortable ». Plus encore la 2ème Guerre mondiale, par sa proximité et la profondeur de ses diverses martyrologies, a besoin de vérité et d’exactitude. En cela, les retours des lecteurs de « Viombois… » ont très largement manifesté leur adhésion à ces axiomes premiers. Ces concepts n’ont jamais été négligés par la ligne éditoriale d’Edhisto ; ils ne le seront pas plus à l’avenir que dans le passé. Edhisto vous souhaite, chères lectrices et affidées et donc chers lecteurs et affidés aussi, une excellente et heureuse année 2018, dernière année du centenaire combattant, qui va revoir refleurir l’intérêt pour 14-18, en forme de dernier feu d’artifice avant la nouvelle nuit.


Visualiser les éditoriaux de l'année :